S’il y a bien un nom connu à Broadway et dans le cinéma musical du milieu du 20ème siècle, c’est celui de Bob Fosse. Danseur, acteur, puis chorégraphe, metteur en scène et réalisateur, il a marqué l’histoire avec des tableaux dansés mythiques, tel que Whatever Lola wants dans le film Damn Yankees, Big Spender dans Sweet Charity, Mein herr avec Liza Minelli en vedette dans Cabaret, ou encore All that jazz, tiré de la comédie musicale Chicago.

Danseur dès son plus jeune âge dans les vaudevilles et cabaret, il entama une carrière d’interprète à Broadway entre autres, et voulu vite aller plus loin. Comme une envie de laisser une trace, le statut de danseur ne le comblait plus. Il chorégraphia en 1953 son premier tableau cinématographique pour le film Kiss me Kate, puis signa sa première comédie musicale à Broadway en 1954 : The pajama Game, pour laquelle il sera primé.
1955, Bob Fosse est embauché pour chorégraphier le spectacle Damn Yankees. On lui proposa pour le rôle-titre une certaine Gwen Verdon. Danseuse accomplie et connue des productions de l’époque, Bob tenu à la rencontrer et à travailler avec elle avant d’accepter toute collaboration.
Il faut croire que la magie opéra, car ils gagnèrent tous les deux un tony award soit l’équivalent d’un oscar mais version théâtre. Lui de la meilleure chorégraphie et elle, de la meilleure performance pour une actrice de comédie musicale.

Hulton archive

Ecran d’argent

Ce fut le début d’une alliance, artistique, créative, talentueuse et sentimentale.

DR

Mariés en 1960, ils ne cesseront de travailler ensemble, que leur couple se porte bien ou pas.
Les crédits de la chorégraphie, de la mise en scène ou de la réalisation sont souvent attribués à Bob Fosse seul, (que ce soit Sweat Charity, Cabaret ou encore All that jazz), mais Gwen n’est jamais loin et a en réalité un rôle bien plus vaste que ce qu’il n’y parait. Qu’elle danse directement pour lui ou pas, la merveilleuse Gwen l’inspire, lui sert de cobaye et l’aide même à diriger les autres artistes. Il imagine, elle effectue et y met sa pâte, y ajoute des intentions, des détails qui feront la différence. Il réfléchit, doute, s’entête et elle devine, améliore, sublime et l’aide à y voir plus clair quand il s’engouffre.
Il la consulte, et elle lui donne son œil et ses précieux conseils, qu’elle fasse partie officiellement des projets ou non.

Wikipedia

DR

DR

Bob fosse dira lors de la remise d’un Tony awards décerné au duo en 1987 : « Il a été dit que la conception d’une chorégraphie ne représente que 50 % de l’Art de la chorégraphie. Le vrai test de votre talent, c’est d’avoir 5 ou 6 personnes autour de vous, aussi fou que vous l’êtes, qui essaient de reproduire ce qu’il y a dans votre tête ; et parfois si vous êtes vraiment chanceux, vous pouvez trouver quelqu’un qui Danse mieux que vous ne l’avez jamais rêvé, pour moi cette personne c’est Miss Verdon. »

Marka/Alamy photo archive

Comme faisant partie d’un même tout, ils se complètent et développent ensemble un style unique et singulier, que l’on reconnait incontestablement.
Les chapeaux melons, que Bob a intégré parce-qu’il portait lui-même très jeune des chapeaux, à cause de sa calvitie naissante, comme quoi… La maitrise associée à la décontraction, la technique au service du burlesque, le sens du détail, des mains, des poignets, le bassin en avant, les isolations, la tête engagée vers l’avant, la finesse et la précision des postures et des propositions décalées…
Influencé par le jazz, le french cancan, le charleston, les claquettes et plus particulièrement par Fred Astaire, que Bob Fosse admire profondément, le style Verdon/Fosse c’est de l’originalité, de l’audace, de la classe et de la sensualité. Un esthétisme à la musicalité pointue, et une puissance subtile, qui au-delà des pas, laisse place à des interprétations et des expressions des plus humaines.

Photo tirée du film All that jazz

Sur le tournage de Sweat Charity : Big Spender

Whatever Lola wants

All that Jazz

Sweat Charity 

Série Verdon/Fosse

The pajama game

Damn Yankees

Malgré des dérives, ce fut 32 ans de création, de passion, et de vie au service de l’art. A eux deux ils remporteront plus d’une vingtaine de prix prestigieux, cinéma et théâtre confondus.

Les deux artistes laissent derrière eux un héritage précieux, qui perdure grâce à leur fille, Nicole Fosse qui a fondé en 2013 The Verdon/Fosse Legacy ; une association qui a pour objectif de protéger, préserver et promouvoir leurs travaux artistiques et leurs propriétés intellectuelles. Les enseignants rattachés à cette cause collaborent avec des universités, des écoles de danse et des lieux culturels, pour transmettre leurs savoirs et leurs connaissances en matière de technique, de style et de philosophie, et mettent tout en œuvre pour maintenir le répertoire chorégraphique fidèle aux créations originales des deux artistes.
Ayant révolutionné le monde du spectacle et du cinéma, le duo continue d’inspirer l’industrie du divertissement du monde entier.

Si vous avez envie d’en voir et d’en savoir davantage, la série Verdon/Fosse :