Joséphine Baker est née dans le Missouri, aux Etats-Unis, en 1906, en pleine période de ségrégation raciale. Elle se retrouve dès ces 7 ans à travailler dans des familles blanches, où elle est foncièrement maltraitée. A 13 ans, mariée de force, elle quitte sa ville natale avec une troupe de vaudeville noire itinérante. Arrivée à New-York, ne correspondant pas aux critères recherchés, la jeune femme se fait engager comme costumière dans un cabaret de Harlem, et se débrouille pour se retrouver sur scène. Intelligente, déterminée et ambitieuse, Joséphine se différencie par son style unique : fougueux, vif et espiègle. La perle noire triomphe et se fait repérer par une productrice qui l’invite à travailler avec elle à Paris. Joséphine accepte malgré la peur, et tombe sous le charme de la ville lumière, où elle se sent bien accueillie. Celle que l’on surnommera la Vénus de bronze se meut comme personne, crée une façon de bouger jamais vue auparavant, et incarne une femme atypique et subversive.

DR

DR

Joséphine surprend, scandalise et attire les foules au théâtre des champs Elysées avec le spectacle : La Revue nègre. Sa danse est instinctive, burlesque mais aussi très jazz, elle lance même la mode du charleston en France et devient une véritable star. 

Crédit photo : Waléry

DR

Crédit photo : Waléry

Joséphine dans “La Revue Nègre” aux Folies Bergères en 1926
Crédit photo : Waléry

Joséphine fascine et fait office de muse pour un grand nombre d’artiste dont un certain Picasso…
Forte de son succès, elle se produira aux folies Bergères, dans de nombreux autres cabarets à Paris et dans le monde entier.

Meneuse de revue, icône, chanteuse, certes, mais aussi résistante et espionne pour une France libre pendant la seconde guerre mondiale, si bien qu’en 1945, le Général de Gaulle lui décernera la croix de guerre, la rosette de la résistance et le titre de chevalier de la légion d’honneur.

Crédit photo : Maison Burma

Crédit photo : Keystone Hulton

Crédit photo : Daniel Simon

Crédit photo : Georges Menager

A 48 ans Joséphine adopte 12 enfants, de nationalités, de couleurs, et de religions diverses, qu’elle appellera sa tribu arc-en-ciel, pour montrer qu’il est possible de vivre ensemble malgré les différences.

Crédit photo : Bettmann Archive

L’humaniste dénoncera et combattra le racisme sous diverses formes. Et en tant que fervente défenseuse des droits civiques américain, elle sera au côté de Martin Luther King lors de la marche de Washington en 1963 et sera la seule femme à prendre la parole ce jour-là.

Crédit photo : Washington Post

Malmenée puis controversée, rejetée autant qu’adulé, danseuse, chanteuse, actrice, star de music-hall engagée, militante, pionnière dans la lutte contre le racisme, Joséphine s’est mis le FBI à dos et a pris de nombreux  risques pour défendre ses convictions, mais elle reste encore aujourd’hui une icône qui a participé à la libération et l’émancipation de la femme et du peuple noir.